© Bagnoles de l'orne | David Commenchal

Nouvelle génération pour nouvelles ambitions

Alliant tradition et innovation, le Manoir de Durcet est résolument tourné vers l’avenir… et le grand public ! Découverte des vergers et de leurs produits, visite de la laiterie, de l’unité de méthanisation, de la ferme pédagogique, participation à des ateliers ou des évènements… Étienne Breton vous révèle toutes les facettes du domaine et son hospitalité.

 Par Image in France.

Rencontre avec Étienne Breton

Des pommiers sous lesquels pâturent des vaches. Un jardin où chèvres, ânes et lapins se prêtent
à quelques caresses. La grande cour devant la maison où les répétitions du concert du soir offrent une bande originale à cet après-midi ensoleillé … Au Manoir de Durcet, la vie suit de multiples cours qui trouvent pourtant un même sens. « Tout est lié. Nos activités comme nos projets. » commente Étienne Breton, 33 ans, 4e génération à la tête du domaine. « Nos vaches laitières entretiennent nos vergers de pommiers et poiriers. Elles produisent du fumier qui est utilisé pour créer de l’énergie. Cette énergie nous permet de développer l’accueil du public, que nous sensibilisons à notre conception du métier d’agriculteur et à la production de nos produits. Une boucle vertueuse et progressiste au service de l’agriculture. »

Tout est lié. Nos activités comme nos projets.

Cultiver l’avenir

Depuis 1927, le Manoir de Durcet n’a cessé d’évoluer et de se renouveler. « Mes arrière-grands-parents ont développé le verger et la production cidricole. Mes grands-parents ont, quant à eux, acheté le corps de ferme, installé des vaches laitières et étendu la culture des pommes sur de nouveaux hectares et à la production du calvados. Mes parents ont augmenté le cheptel de vaches à 200 bêtes et le verger a été étendu à 20 hectares. Ils ont permis la reconnaissance de nos produits et l’optimisation de leur commercialisation », raconte Étienne Breton. « J’ai rejoint l’exploitation en 2010. Nous comptons aujourd’hui 280 vaches, 27 hectares de vergers, dont 4 de poiriers, exploités en agriculture biologique. Nous allons en planter 5 de plus en 2023. »

Étienne, soutenu par sa famille et leurs associés, a également entrepris l’installation de l’unité de biogaz.

Chaque génération a su innover et introduire de nouvelles technologies. Nous avons toujours été acteurs de notre avenir. Le choix de la méthanisation est ainsi motivé par une logique vertueuse. C’est même l’aboutissement de notre exploitation. Nous sommes autosuffisants et produisons même plus d’énergie que nos besoins.

Partager les passions

Cette histoire et cet esprit novateur, Étienne les partage volontiers à ceux qui visitent le domaine. « Ouvrir notre exploitation, partager nos passions, promouvoir sur place nos produits et initier des évènements constituent le nouveau chapitre de notre aventure. »

Dernièrement, Étienne Breton a également installé dans le parc du Manoir une ferme pédagogique. Y vivent depuis des races locales emblématiques du patrimoine de la Normandie : des ânes du Cotentin, des chèvres des fossés, des canards de Duclair et de Rouen, des moutons Roussin de la Hague… « C’est un projet pensé pour les familles, les enfants et qui participe à la sensibilisation de notre patrimoine et de ces espèces qui deviennent malheureusement rares. »

Créer l’événement

Fin d’après-midi, un bartender invite les participants à un atelier à l’intérieur de la boutique du Manoir. Cocktails et Calvados arrangés, ils partagent quelques-unes des recettes inspirées par les cidres, pommeaux et Calvados de la maison. « Vous voulez gouter à notre mixture pomme au Calvados ou au cocktail pomme passion ? Avec quelques glaçons, ce sont des apéritifs parfaitement adaptés aux chaudes soirées… ».

Dans la cour, les participants au concert commencent à se presser. Encore une belle soirée qui s’annonce au Manoir de Durcet.