© Maxime Letertre

Les eaux de Bagnoles

La découverte de la source miraculeuse

Selon la légende, les origines de l’activité thermale remontent au Moyen Âge. Voici, comment Hugues de Tessé, seigneur des lieux découvre fortuitement les eaux miraculeuses de la source de Bagnoles.

Sir Hugues et son cheval « Rapide »

Aux confins de la Normandie, du Maine et de la Bretagne, un seigneur de haut lignage et de grand renom possédait une grande fortune, de grands domaines et de grands biens. Il s’appelait Hugues, vidame de la Ferté-Macé, seigneur de Tessé et de Couterne.

Ce dernier aurait tout donné pour retrouver sa jeunesse ainsi que celle de son fidèle destrier avec qui il avait gagné de nombreuses batailles. Un beau jour, il décide d’abandonner son cheval trop fourbu dans la forêt afin qu’il puisse y « mourir en paix ».

Mais à sa grande surprise, le seigneur voit sa monture réapparaître un mois plus tard, tout fringant, comme au temps de leurs nombreuses victoires sur les champs de bataille.

La découverte de la source d’eau tiède

Il décide alors de le suivre en forêt pour voir d’où il pouvait bien venir et quel miracle avait pu le transformer ainsi. Son cheval le conduit à une gorge profonde, où personne n’avait encore osé s’aventurer. Des vapeurs émanaient d’une source d’eau tiède et sulfureuse.

Son cheval va aussitôt s’y baigner et respirer l’air qui s’y dégageait. Le domestique qui avait suivi Sir Hugues est convaincu que c’est un piège du malin et que tout cela provient des émanations de l’enfer. Il dissuade Sir Hugues de s’y baigner.

Mais celui-ci voit des cerfs et des biches aux abois s’y plonger et ainsi réussir à échapper aux chasses à courre. Il décide donc enfin de s’y baigner à son tour. Au bout de quelque temps, il retrouve lui aussi sa jeunesse. Le serviteur finit donc par faire comme son maître après avoir fait quelques prières. Ils reviennent au manoir, à peine reconnaissables, et ayant fait provision de vie et de santé.

La station thermale est née

En reconnaissance du lieu où il avait trouvé la guérison, le Seigneur de Tessé fonde un hôpital et une chapelle pour les pauvres malades et les infirmes.
Au 16e siècle, les forges de Bagnoles demeurent toutefois plus connues que sa source. Il faut attendre le 17e siècle pour trouver dans divers documents quelques mentions de ce qu’on appelle alors la « fontaine de Baignoles ». Il n’existait à l’époque qu’une hutte de branchages pour protéger la source.

Le véritable promoteur de la station n’est autre que le sieur Hélie de Cerny qui fait construire le premier bâtiment à la fin du 17e siècle. Celui-ci abritait trois bassins dans lesquels l’eau se déversait successivement. Le premier bain était réservé aux hommes, le second aux femmes et le troisième aux pauvres.

Vers 1770, son successeur, le chevalier de Tréperel effectue d’importants travaux pour que chacun puisse disposer d’une baignoire particulière. L’exploitation des bains passe ensuite entre plusieurs mains successives après la Révolution.