Voir les photos (4)

Circuit 5 Orne à Vélo - Bagnoles de l'Orne en famille

A vélo sur les routes, Cyclotouriste à Bagnoles de l'Orne Normandie
23.0 km
Boucle
Cyclotouriste
1h 30min
Facile
  • Parcourez Bagnoles de l'Orne en vélo en passant par la forêt des Andaines, le château de Couterne, le lac et le quartier Belle-Époque.
    Ce circuit n'étant pas balisé, nous vous conseillons de télécharger le gpx afin de vous guider.
    Retrouvez tous les itinéraires "Orne à vélo" sur ornetourisme.com.
Points d'intérêt
1 Bagnoles de l'Orne
Visitez les thermes, le quartier Belle Époque, le prieuré Saint Ortaire, le jardin retiré et le parcours vestiges de guerre
bagnoles-orne-lac-femme-jeune-touriste-6.jpg
2 Château de Couterne
Situé à 2 km entre Bagnoles et Couterne, ce château, dont les fondations remontent aux 16e et 17e siècles, est bâti en briques et en granit.
Il fut construit par Jehan de Frotté, Chancelier de la reine Marguerite de Navarre en 1543. La masse centrale du château est flanquée de 2 tourelles aux toits en poivrières, et de 2 pavillons symétriques. La Vée coule dans le parc à la Française. Le Parc du château couvre une vingtaine d’hectares.

Ce château est habité par la même famille depuis sa construction. Le Général Louis de Frotté, cousin du propriétaire du Château, joua un rôle prépondérant lors de la Chouannerie.
couterne-chateau-facade-jardin-brique.jpg
3 Les Thermes
On ne retrouve réellement des archives concernant l’Etablissement Thermal qu’au 17e siècle. Il n’existait, à l’époque, qu’une hutte de branchages pour protéger la source. Le premier bâtiment fut construit par Elie de Cerny à la fin du 17e. Il abritait 2 bassins dans lesquels l’eau se déversait successivement. Le premier était réservé aux hommes, le second aux femmes et un troisième, à l'extérieur du bâtiment, réservé aux pauvres.
En 1812, l’établissement fut acheté par M. Lemachois qui le restaura et créa un parc de 40 hectares. Puis, les bâtiments furent transformés en hôpital pour accueillir les soldats de Napoléon 1er. Après plusieurs cessions, où l’établissement fut réaménagé et complété par un hôtel de voyageurs, Alexis Duparchis racheta les thermes et fit construire le premier Casino. Ce n’est qu’au 19e siècle que des études scientifiques attestent de l’efficacité des eaux de Bagnoles dans le traitement des maladies de la circulation sanguine et des phlébites.
Entre 1920 et 1935, la promotion des médecins et la fréquentation élitiste de rois et hommes politiques assurèrent une réputation mondiale à Bagnoles de l’Orne. Après la guerre, la clientèle très aisée laissera peu à peu sa place à une clientèle moins fortunée, grâce à la prise en charge des cures pour les malades.
L’eau de la Grande Source jaillit à 24.3°C, après avoir circulé à travers les roches profondes. Elle est riche en calcium et en magnésium lui donnant cette vertu soignante contre les rhumatismes, les maladies gynécologiques et veineuses.
bo-resort-facade-thermes-bagnoles-orne (3).jpg
4 Le Quartier Belle-Époque
En 1886, sous l’impulsion d’Albert Christophle, un lotissement sera créé sur une parcelle de 43 hectares de la forêt des Andaines, située entre la voie ferrée et l’Établissement Thermal. Ce quartier sera destiné à recevoir les vacanciers de juin à septembre et il conduira à la création de la commune de Bagnoles de l’Orne en 1913. Pour ce faire, ce quartier devra répondre au cahier des charges très strict qui ordonne les conditions et les délais d’élévation ou de construction des voies d’accès, des parcelles constructibles, des clôtures des propriétés et des bâtiments. La companie La Foncière, propriétaire des terrains, fait découper le quartier en parcelles de 3 à 5 000 m² , le caractère forestier est conservé, les villas seront construites sur un plan simple avec utilisation de pierres de pays et de briques, de fenêtres avancées dites « bow-windows », auvents, balcons, marquises, toitures volumineuses, frises émaillées en façade, ... Ce style architectural est créé par des architectes qui doivent répondre au cahier des charges en utilisant des matériaux locaux et naturels (bois, pierre, émail, fer), des volumes et aussi de la couleur (bleu pour l’eau, jaune pour l’air, vert pour la nature et rouge pour la terre) pour composer les façades de ces maisons. Elles deviennent alors de véritables œuvres d’art.
bagnoles-orne-quartier-belle-epoque-vue-aerienne-2.jpg
5 Prieuré Saint Ortaire
Le prieuré Saint Ortaire est situé au hameau appelé « Le Bas Bézier » qui doit sa réputation à l’ermite Saint Ortaire et au rituel des cailloux guérisseurs. Siège d’une sergenterie des eaux et forêts aux 16e et 17e siècles, le prieuré possédait une forge et un moulin, qui ont fonctionné jusqu’en 1611. Lieu de pèlerinage très fréquenté autrefois.
Il devait sa réputation à l’ermite Saint Ortaire, un ascète qui évangélisa la région vers le 6e siècle. Il menait une vie austère, s’alimentant de pain d’orge, et buvant l’eau d’une source, qui passait pour posséder des qualités thérapeutiques, et qui existe toujours, à l’angle ouest du pont de chemin de fer. Saint Ortaire possédait la renommée d’accomplir des cures miraculeuses. Il existe deux chapelles sur le site :
- La première a été édifiée au début du XXème siècle par le père Chappey sur les soubassements d’un oratoire du XVIème et dont les vitraux et autel ont été réalisés par Bernard Chardon. Elle est desservie par des religieux appartenant à l’Ordre des Servites de Marie. On y prie St Ortaire et St Pérégrin.
- La seconde est privée : la Chapelle Saint Ortaire date de 1724, et fut primitivement élevée en 1336. Elle est dédiée à Saint Ortaire et à Sainte Radegonde.
prieure-saint-ortaire-vue-ensemble-bagnoles-orne.JPG
209 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 194 m
  • Altitude d'arrivée : 195 m
  • Altitude maximum : 223 m
  • Altitude minimum : 150 m
  • Dénivelé total positif : 209 m
  • Dénivelé total négatif : -208 m
  • Dénivelé positif maximum : 25 m
  • Dénivelé négatif maximum : -35 m