bagnoles-99.jpg

La Girardière

Pédestre à Bagnoles de l'Orne Normandie

7.7 km
Boucle
Pédestre
2h 30min
Facile
  • Lieu de départ : Office de Tourisme
    Difficulté : Facile
    Km / temps : 7,7 km / 2h30
    Dénivelé : 109 m
  • Dénivelé
    131.93 m
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 Casino du Lac
Le Casino du Lac, construit en 1927 par Franck Jay Gould, riche milliardaire Américain. Avant de construire le Casino actuel, Franck Jay Gould avait tout d’abord jeté son dévolu sur le château de Tessé-la-Madeleine (actuel quartier Bagnoles-Château) afin d’en faire le Casino de la Forêt mais la propriétaire du Château refusa l’offre pourtant alléchante du milliardaire. Vexé mais pas découragé, il décida de construire le Casino actuel. Un choix était audacieux car un premier Casino existait déjà à l’emplacement de l’hôtel du Beryl ! En effet, en 1888 Alexis Duparchis (Directeur des Thermes) fit construire un premier casino en bois appelé « Le Casino des Thermes ». Démoli pour en construit un autre plus moderne en 1908, qui sera laissé dans un état désastreux après la 2de guerre mondiale. Jusqu’en 1989, seul son cinéma est exploité. A cette date, on le démolit pour construire l’hôtel du Beryl. Notez que pendant 62 ans, deux « Casinos » se sont fait face d’où le nom de la rue des Casinos.
2 Roc au chien
Face à l’Etablissement Thermal, se trouve un piton rocheux, qui surplombe la gorge de la Vée de 54m : « le Roc au Chien ». Celui-ci aurait pour origine deux légendes.
La première raconte qu’un enfant imprudent serait tombé dans une crevasse et aurait été sauvé par son chien. Celui-ci aurait été enterré sur place et on aurait appelé le site « le Roc au Chien ».
La seconde fait référence à un méchant seigneur, qui, aurait été transformé en monstre puis pétrifié dans les rochers.
Du Roc au Chien, on peut admirer un joli point de vue sur le parc des Thermes, le Lac, l’hippodrome ou encore le clocher de l’église du Sacré-Cœur.
3 Château Hôtel de ville
Anne-Marie GOUPIL fit construire le Château entre 1857 et 1859.
En 1957, la Municipalité de Tessé-la-Madeleine, se porte acquéreur du château et des 18ha de parc, grâce au legs du Docteur PEYRE. Après 8 années de travaux, le Château fut promu Hôtel de Ville le 22 mai 1966.
Depuis la fusion de Bagnoles de l’Orne et de Tessé-la-Madeleine, le 1er janvier 2000, le château est devenu l’hôtel de ville de Bagnoles de l’Orne et son parc a été réaménagé. Il est aujourd’hui constitué d’une collection de 165 essences d’arbres remarquables numérotés, d’un parcours d’orientation et du site du Roc au Chien.
4 Stèle des frères Rosselli
A gauche, sur le bord de la route, avant l’allée qui mène au château de Couterne, se trouve un monument en marbre de Carrare, monument édifié à la mémoire des frères Rosselli. Il rappelle un crime politique commis à cet endroit même, par « la Cagoule ». En 1937, Mrs. Carlo et Nello Rosselli étaient des opposants au régime de Mussolini. Ils étaient descendus à l’hôtel Cordier, car l’un des deux faisait une cure. Leurs assassins, qui les suivaient depuis plusieurs jours, décidèrent d’agir dès qu’ils quittèrent la ville : ils interceptèrent la voiture et les poignardèrent.
Chaque année, à la date anniversaire, une cérémonie rassemble des délégations italiennes et françaises, afin de perpétuer le souvenir de cet attentat.
5 Château de Couterne
Ce château, dont les fondations remontent aux XVIème et XVIIème, est bâti en briques et en granit. Il fut construit par Jehan de Frotté, Chancelier de la reine Marguerite de Navarre en 1543. La masse centrale du château est flanquée de 2 tourelles aux toits en poivrières, et de 2 pavillons symétriques. Le parc du château couvre une vingtaine d’hectares.
Ce château est habité par la même famille depuis sa construction. Le Général Louis de Frotté, cousin du propriétaire du Château, joua un rôle prépondérant lors de la Chouannerie.
Le Parc et la salle d’exposition de souvenirs se visitent pendant l’été (Consulter l’OT).
6 Quartier Belle Epoque
À partir de 1886, sous l’impulsion d’Albert CHRISTOPHLE, avocat et ministre des travaux publics, le quartier Belle Époque vit le jour sur une parcelle de 45 hectares de forêt adossée au parc des Thermes.
Selon un cahier des charges très strict, chaque propriétaire était astreint à respecter les conditions d’élévation et de construction. En quelques années, de magnifiques villas, plus élégantes les unes que les autres, s’élèvent. Le style architectural est caractéristique du tournant du siècle : emploi de matériaux locaux (grès granitique e, de la pierre meulière locale, de l'ardoise, de la tuile et du bois), utilisation de couleurs qui rappellent les éléments naturels (bleu = eau ; jaune = air ; vert = forêt ; rouge = terre) et de volumes (tourelles, balcons, auvents, épis et poinçons de faîtage, bow-windows…).
La majeure partie de ces demeures était occupée par des familles aristocratiques et bourgeoises accompagnées de leurs domestiques et de leurs chevaux. Certaines étaient louées au mois ou à la saison ou bien encore aménagées en pension de famille.
132 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 195 m
  • Altitude d'arrivée : 195 m
  • Altitude maximum : 224 m
  • Altitude minimum : 148 m
  • Dénivelé total positif : 132 m
  • Dénivelé total négatif : -132 m
  • Dénivelé positif maximum : 39 m
  • Dénivelé négatif maximum : -27 m
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur La Girardière :
  • Médiocre
  • Moyen
  • Bon
  • Très bon
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur La Girardière, soyez le premier à en laisser un !