© David Commenchal

Les fées

Les êtres légendaires du pays d'Andaine

Les légendes de la forêt des Andaines comptent trois célèbres fées : Gisèle, Andaine et la Gione. Ces êtres légendaires bienveillants ou maléfiques ont élu domicile tout près de Bagnoles de l’Orne.

La fée Gisèle
aux Gorges de Villiers

Les Gorges de Villiers forment un espace naturel sensible situé dans la forêt des Andaines à 11 km de Bagnoles de l’Orne. Un circuit de découverte de la faune et de la flore plonge le visiteur au cœur d’un sentier encadré d’escarpements rocheux, de pierriers et de landes. On y découvre la grotte de la fée Gisèle ainsi que la fontaine de « chaude eau », propriété de l’établissement thermal de Bagnoles-de-l’Orne.

Au bord du sentier qui surplombe le pierrier se trouve une cavité naturelle percée dans la roche. Il s’agit de la grotte ou « chambre aux dames » qui selon la légende abrite la fée Gisèle. En échange d’offrandes, cette dernière fournissait aux agriculteurs une charrue et deux bœufs pour une journée. Ils pouvaient alors labourer leurs terres le jour suivant, mais au coucher du soleil tout disparaissait !


La fée Gione et le dolmen

 

Le repaire de la fée Gione est un dolmen qui se trouve en bordure de forêt à 5 km de Bagnoles de l’Orne. Il porte le nom de « lit de la Gione » car la vieille, laide et méchante fée s’y mettait à l’abri. Elle rendait souvent visite aux paysans, lesquels étaient obligés de la recevoir. Lassés de sa présence, ils lui préparèrent un mauvais coup : la fée Gione s’enfuit et on ne la revit jamais.

Mais nul ne se hasarderait à nuit tombée dans les parages de son dolmen… La légende raconte que la fée Gione avait ensorcelé le jeune seigneur de Bonvouloir. Alors que ce dernier la recevait des nuits entières dans sa chambre, la fée maléfique enleva le garçon au lendemain de ses fiançailles avec la fille du seigneur voisin. Elle l’avait conduit au sabbat où il mourut d’épuisement d’avoir trop dansé. La vilaine l’enterra ensuite sous le dolmen.


La fée Andaine au château de Rânes

On raconte que la fée Andaine hante toujours le château de Rânes, situé à une vingtaine de kilomètres de Bagnoles de l’Orne. Un jour de chasse, le cheval du seigneur d’Argouges entraina son maître jusqu’à une fontaine pour se désaltérer. Raoul tomba sous le charme d’une femme en train de s’y baigner. Il s’approcha d’elle et l’invita à son château. Ce n’est qu’un an plus tard qu’elle vint le voir sous les traits de la fée Andaine. Transi d’amour, le seigneur la demanda en mariage. Elle accepta de prendre la forme humaine pour l’épouser, mais à la seule condition : Raoul devait lui promettre de ne jamais prononcer le mot « mort » devant elle. Il y consentit sans vraiment comprendre pourquoi et ils vécurent heureux pendant sept ans.

Mais un soir qu’ils étaient attendus et qu’elle mettait trop de temps à se préparer, il monta furieux dans la chambre et lui dit : « Mais enfin que fais-tu ? Tu vas me faire attraper la mort à t’attendre ! » La fée le regarda d’un air désespéré et s’envola par la fenêtre. Aujourd’hui, on peut encore voir l’empreinte laissée par la trace de son pied sur la tour du château.